Forums LR PRESSE

Où il est question de trains, petits et grands

  • Advertisement

La "Rue de Suède" revisitée en Marklin Digital

Le forum pour bien débuter en modélisme ferroviaire !

Modérateur: MOD

Re: La "Rue de Suède" revisitée en Marklin Digital

Publié: Mar 20 Mars 2018, 01:49 
Biquette a écrit:En effet les briques en carton plume sont parfaitement régulières, ce que personnellement j'ai beaucoup de mal à faire. La partie bois avec une feuille Canson est bluffante!!!


Bonjour Stéphane,

Concernant les parements en bois, moi aussi j'ai été très surpris par ce résultat !
En fait, j'ai gravé alors que le carton était déjà collé sur le mur et avant que la colle ne soit complètement sèche. Pour la mise en peinture, il faut vraiment travailler avec des jus assez dilués à l'alcool à 70°. Ca permet de bien doser les tons et de corriger si besoin.

Tu verras, le nouveau bâtiment du négociant en combustible a été traité avec des dosages différents et çà donne encore une variante.

merci pour tes appréciations encourageantes.

emmanuel
Marklin Ho digital MS2 voie K
Avatar de l’utilisateur
Manu93
Fécond
 
Messages: 733
Inscrit le: Lun 27 Fév 2017, 19:45
Localisation: Seine-Saint-Denis
Âge: 53
Echelle pratiquée: Ho 3R
Prénom: Manu

Re: La "Rue de Suède" revisitée en Marklin Digital

Publié: Mar 20 Mars 2018, 05:48 
Salut Manu
beau travaille sur ceux bâtiment mais juste une chose pourquoi la porte qui donne sur les voies ? :gne:
@+
Didier
Avatar de l’utilisateur
Shay28
Prolixe
 
Messages: 1917
Inscrit le: Ven 24 Mai 2013, 09:25
Localisation: Chartres
Âge: 51
Echelle pratiquée: HO
Prénom: Didier
Club: Mectrèslent

Re: La "Rue de Suède" revisitée en Marklin Digital

Publié: Mar 20 Mars 2018, 15:34 
Shay28 a écrit:Salut Manu
beau travaille sur ceux bâtiment mais juste une chose pourquoi la porte qui donne sur les voies ? :gne:


Siimplement par mauvais calcul. Je m'en suis rendu compte trop tard : la gravure était déjà finie. Ceci dit, il y a la place entre la porte et la voie pour le passage d'un Preiser. De même un heurtoir est aussi prévu.

Merci de ta visite
Manu
Marklin Ho digital MS2 voie K
Avatar de l’utilisateur
Manu93
Fécond
 
Messages: 733
Inscrit le: Lun 27 Fév 2017, 19:45
Localisation: Seine-Saint-Denis
Âge: 53
Echelle pratiquée: Ho 3R
Prénom: Manu

Re: La "Rue de Suède" revisitée en Marklin Digital

Publié: Mar 20 Mars 2018, 17:38 
Le bâtiment du négociant en combustibles

Épisode 116 - Travaux d'urbanisme dans ma ZI Nord avec la construction du bâtiment principal de mon négociant en combustibles. Alors que mon expérience se limitait à de simples façades, je me lance cette fois dans un bâtiment complet.

Image
L'embranchement E3, dédoublé sur la droite du module (voir plan), à toujours été envisagé pour recevoir une activité de négociant en combustibles. Ce choix a été motivé par la diversité des cargaisons à recevoir : charbon domestique en vrac (tombereaux), fioul domestique et gasoil agricole (citernes), bois de chauffage (tombereaux), huiles en fûts (tombereaux et plats), bouteilles de gaz (quel wagon ?).

Image
Photo 595 : Plan de ZI Nord. Source : letraindemanu sur Canalblog.

Concept général

ImagePour son bâtiment principal, je me suis inspiré de la "Miroiterie du Nord" créée par Daniel Aurilio et présentée dans le hors-série 59 de Loco-Revue « Atmosphère ferroviaire en banlieue industrielle ». L'inspiration s'est cependant limitée à la forme et au volume général de l’œuvre originale. Son plan est publié à l'échelle Ho dans cet excellent hors-série dont couverture ci-contre (Photo 596, image extraite du site de l'éditeur). Pour l'habillage extérieur, j'ai voulu rester dans le style du bâtiment déjà en place dans le prolongement de la cour pavée. De plus, je ne dispose pas des mêmes moyens techniques que l'auteur d'origine, ni les même matières premières.

Ce bâtiment comportera donc deux parties : à gauche, l'entrepôt de stockage du charbon sec destiné à des livraisons en vrac (camion benne) ou en sacs (camionnette). A droite, la partie la plus haute avec la boutique et l'administration. D'autres installations annexes sont prévues à l'avenir dans cette cour : deux citernes (fioul et gasoil), des zones de stockage abritées (charbon, bois, bidons) et un petit hangar pour de futurs véhicules (camionnette, camion citerne, chargeur,...).

Image
Photo 597 : Traçage du volume général du bâtiment sur le Carton-plume de 5mm. Source : letraindemanu sur Canalblog

A noter que la façade arrière du bâtiment n'étant pas visible, elle ne sera pas traitée. De même, il n'y aura pas de mur pignon à droite puisque le bâtiment sera apposé au fond de décor arrondi sur ce coté. Le matériau principal utilisé est le Carton-Plume™ de 5mm d'épaisseur. Les collages sont réalisés à la colle vinylique à prise rapide.

La façade

Pour rester homogène au bâtiment déjà en place sur cet embranchement et sensé avoir été construit à la même période, le second édifice comporte une base en briques, les murs en crépi et le haut des murs avec parement bois. La toiture sera en tôle ondulée.

Trois ouvertures sont taillées au cutter à lame neuve : l'accès au hangar (partie entrepôt), une baie vitrée et une porte d'accès au rez-de-chaussée (partie administrative). N'ayant pas de robot pour des découpes aussi fines, j'ai utilisé des huisseries issues de ma boite à rabiots. Les pourtours des ces ouvertures sont peintes à la Humbrol gris 140 (tranches du Carton-Plume™).

Puis le Carton-Plume™ est pelé coté extérieur. Le traitement général est semblable au bâtiment précédent (Voir épisode 114). J'ai toutefois gravé des briques plus petites : une ligne horizontale tous les 2mm au lieu de 3mm.

Les briques sont ensuite peintes à la Pébéo acrylique diluée à l'alcool à 70° : 2/3 d' "ocre rouge" 1/3 d' "ombre naturelle". Une fois sèche, j'applique un jus très dilué de blanc. Par capillarité, le jus s'infiltre dans les joints. Puis je frotte doucement avec un coton-tige pour éliminer le blanc sur les briques. La passe suivante est identique mais avec un jus dilué d' "ombre naturelle".

Image
Photo 598 : Les briques gravées et peintes sur la façade de l'entrepôt du négociant en combustibles. Source : letraindemanu sur Canalblog

La partie crépie est réalisée avec du papier de verre très fin simplement collé et assombri avec un jus d' "ombre naturelle". Les armatures sont en profilé Evergreen 146 (10*3,2 mm).

Le parement bois est gravé sur du carton Canson. La teinte est obtenue avec plusieurs passes d'un jus de 2/3 d' "ombre brûlée", 1/3 d' "ombre naturelle" et une pointe de "terre de Sienne naturelle".

Image
Photo 599 : gravure et teinture du bois sur la façade de l'entrepôt du négociant en combustibles. Source : letraindemanu sur Canalblog

Le mur pignon gauche

C'est le mur pignon du hangar. Il nécessite donc un traitement sur les deux faces.

Coté intérieur, il n'est pas pelé. Peinture noire non diluée puis, une fois sèche, mise en place d'une plaque cartonnée Faller imitation briques. Des briques en N conviendront mieux que les briques Ho utilisées.

Coté extérieur, traitement identique à la façade : gravures briques, papier de verre et profilé Evergreen.

La façade arrière


Le face extérieure n'est pas traitée car invisible du public. Mon fond de décor étant arrondi, la façade arrière est plus courte coté administratif. C'est le mur pignon central qui sert de point de référence.

La face interne est couverte du même parement briques Faller.

Le mur pignon central

Il n'est pelé qu'en haut, coté hangar (partie visible). A sa base, toujours coté hangar, il est doté du même parement briques Faller. Coté administratif, application d'un couche non diluée de peinture noire.

Image
Photo 600 : De gauche à droite, la face externe du mur pignon gauche, le pignon central et la façade arrière, plus courte doté administratif. Source : letraindemanu sur Canalblog.

Plafond du hangar et éclairage

Le hangar sera présenté rideau de fer ouvert : son intérieur sera donc visible, de surcroît au premier plan. Le plafond de l'entrepôt est peint en gris (Humbrol 140). Ce toit va de plus consolider l'ensemble de l'édifice.

Pour son éclairage intérieur, je vais utiliser un échantillon de ruban à leds de chez Lapierre-Modélisme. C'est une lumière "blanc froid". Une teinte jaune aurait été plus adaptée à mon époque. C'est la première fois que j'utilise ce produit. Il est prévu pour être branché sur du 12V. Ayant une alimentation 14V ca, j'ai donc inséré deux résistances de 2,2 kOhm en série (soit une résistance de 4400 Ohm puisque montées en série les résistances s'additionnent). Cela permet d'abaisser la tension en donc la luminosité. La soudure des deux fils sur les bornes ne présente aucune difficulté. Le ruban se fixe avec son adhésif de qualité (3M).

Image
Photo 601 : Intérieur et éclairage du hangar. Source : letraindemanu sur Canalblog

Plafond de la boutique et son éclairage

L'intérieur de la partie boutique sera visible par sa baie vitrée. Je découpe donc un emballage alimentaire cantonné pour réaliser en un seul morceau les trois murs de cette boutique (hors façade elle-même). Peinte en marron assez sombre, ce carton habille non seulement l'intérieur mais surtout contribue à limiter la diffusion lumineuse par transparence. L'éclairage sera réalisé avec un classique soquet Brawa à ampoule led (12-16V).

Le plafond devra donc être assez haut pour ne pas être visible de l'extérieur. Il est peint en gris.

Image
Photo 602 : habillage et éclairage du coté administratif. Source : letraindemanu du Canalblog

Le charbon dans le hangar

Le stock de charbon va contribuer à la solidité de l'édifice. Je découpe un bloc de polystyrène (emballage) aux dimensions intérieures du hangar. Puis je le taille en biais sur le devant. Il est collé dans le hangar puis enduit d'une couche de colle acrylique non dilué.

N'ayant pas de vrai charbon, j'utilise du sable en stock, dans une granulométrie proche du charbon. Je le saupoudre sur le lit de colle avec une petite cuillère. Mouillé au brumisateur, ce sable est ensuite fixé comme du ballast. Après séchage d'une journée complète, le tas de sable se transforme en tas de charbon par peinture noire mat non diluée. Les murs intérieurs reçoivent un jus d' "ombre naturelle".

Image
Photo 603 : le batiment a son emplacement. Il manque de nombreuses finitions, mais permet déjà d'appréhender les volumes. Source : letraindemanu sur Canalblog.

Il me reste à faire de nombreuse finitions : toiture de droite et faîtage, aménagement de la boutique, descentes d'eau et gouttières,... Mais d'ores et déjà, j'obtiens un très sympatique bâtiment qui masquera mon départ en coulisse Est et me permet de mieux appréhender les volumes pour la suite des travaux d'aménagement.

Emmanuel
Marklin Ho digital MS2 voie K
Avatar de l’utilisateur
Manu93
Fécond
 
Messages: 733
Inscrit le: Lun 27 Fév 2017, 19:45
Localisation: Seine-Saint-Denis
Âge: 53
Echelle pratiquée: Ho 3R
Prénom: Manu

Re: La "Rue de Suède" revisitée en Marklin Digital

Publié: Sam 24 Mars 2018, 06:00 
Un nouveau bâtiment dans la ZI Nord

Épisode 117 - Les maquettes plastiques industrielles sont de beaux produits qui méritent une préparation soigneuse pour les mettre en valeur.

Image
Tous les modélistes ne sont pas des virtuoses de la construction intégrale. Outre les compétences artistiques, cela nécessite des outillages parfois onéreux (découpe laser, robots découpeurs, logiciels,...) pour obtenir un résultat satisfaisant. Les maquettes industrielles conservent donc tout leur attrait pratique et leur rapport qualité / prix. Faller, Volmer, Kibri, Auhagen en sont quelques marques emblématiques. Pour autant, une préparation minutieuse permet, non seulement d'améliorer le résultat, mais aussi de personnaliser une maquette vendue à des milliers d'exemplaires.

Image
Photo 604 : la maquette Faller 120152 en cours de montage. Source : letraindemanu sur Canalblog

Se documenter

Deux nouveaux bâtiments ont été offerts à la CIC : un hangar à marchandises avec quai et grue-portique de chargement (Faller 120152) et une halle à marchandises plus ancienne (Faller 120154). L'idée est donc de s'imprégner de ces bâtiments pour mieux les réussir. En cela, les revues spécialisées en modélisme (en particulier des hors-série thématiques) et internet vous permettront de trouver des photos de bâtiments réels similaires pour appréhender l'ambiance. Il est par ailleurs très probable qu'un autre modéliste ait déjà évoqué votre référence dans un billet. Inspirez-vous en.

Je débute avec le hangar Faller 120152.

Travaux préparatoires de peinture

Ces maquettes sont livrées en plusieurs grappes de pièces aux teintes différentes. Il faut donc séparer et repérer ces grappes pour les repeindre. Je profite de mes préparations pour travailler sur les deux bâtiments lorsqu'ils ont des teintes communes ou semblables.

Première étape, les murs en briques.

La grappe brun/rouge uniforme nécessite un passage à l'atelier peinture. Je travaille avec des peintures acryliques de marque Pébéo que je trouve facilement au rayon arts graphiques de Truffault. Pour ma teinte "briques", je mélange deux noisettes d' "ocre rouge 112" et une noisette d' "ombre naturelle 109". Le tout est dilué dans un petit pot - ancien pot de sauce soja d'un fast food asiatique - avec de l'alcool à 70°. On mélange bien avec une allumette. Le mélange est ensuite appliqué en lavis sur les pièces avec des pinceaux de taille adaptée : n° 4, 6, 8 et 10 en poils souples. Le reste de ce mélange est conservé dans son pot refermé pour d'éventuelles retouches ultérieures.

Avec un pinceau fin 000, on peut ensuite retoucher quelques briques avec différentes déclinaisons de l'ocre rouge au brun. Il faut être minutieux : la difficulté est fonction de la taille des briques.

Image
Photo 605 : Travaux préparatoires au montage de la maquette Faller 120152. Source : letraindemanu sur Canalblog

Seconde étape : le béton

Pour chacune des maquettes, il y a des sols béton à reprendre. Les grappes sont grises.

Je réalise donc un "gris béton" en mélangeant trois noisettes de "blanc de titane", une noisette de "noir de mars", une noisette d' "ombre naturelle" et une noisette de "terre de sienne". Le tout est dilué avec de l'alcool médicinal et appliqué au pinceau n° 10 sur les grandes surfaces et un n°4 sur les supports plus petits.

Ce même gris est utilisé pour reprendre l'armature béton du bâtiment et l'ouvrant de toiture pour la grue.

Troisième étape : les joints de briques

Je profite de mon "gris béton", pour faire les joints de mes briques. Dans un nouveau pot, je dépose une petite noisette de mon gris précédent dans un 9/10e d'alcool à 70°. Je remue beaucoup pour obtenir un lavis très dilué.

On ne peint pas les joints, on les teinte par un effet de capillarité. Pour ce travail délicat, je travaille avec un pinceau fin n° 000. Il faut également des coton-tiges et du papier absorbant. Je tiens la pièce à traiter en position inclinée. Puis je dépose des micro-gouttes dans les joints. Par effet de capillarité, le mélange s’infiltre dans les sillons. Le surplus de peinture s'absorbe avec un coton-tige.

Quatrième étape : les boiseries.

Je vais travailler avec une peinture en bombe, la même que celle utilisée pour ma façade d'usine (Brun "cacao", gamme "Do it", marque Marabu).

Montage

Le montage des maquettes Faller ne pose aucune difficulté, c'est une valeur sûre : ajustement précis et notice explicite.
Le cache fourni permet d'insérer ensuite un soquet d'éclairage de préférence à led - ton jaune vue mon époque III de référence - sans risque que la lumière transparaisse à travers les murs.

Patine

Ce hangar ne sera pas trop vieilli. La patine se limite donc à l'accentuation des joints avec un jus très dilué de blanc et une passe d'"Ombre naturelle" très diluée, en accentuant les creux (bardage en bois, poignées, creux des portes, et surtout la grue). Le système de la grue (chariot, poulie,...) est peint en noir.

Image
Image
Image
Image
Photos 606 à 609 : L'entrepot Faller 120152 monté et patiné, est implanté sur l'embranchement E2 de ZI Nord. Source : letraindemanu sur Canalblog.

Un entrepôt pour quelle activité ?

La place définitive de ce bâtiment n'est pas encore arrêtée. Il pourrait néanmoins être implanté sur l'embranchement E2, au premier plan coté Ouest. Sa largeur permet le passage d'un véhicule sur son arrière. Il me faut juste déterminer quelle activité justifierait ce type d'édifice doté d'une grue.

Bien que la façade arrière ne soit dotée d'aucune porte de chargement, le spectateur ne peut pas le voir. Un camion pourrait donc suggérer les transferts de marchandises.

Ce pourrait être par ailleurs un bâtiment annexe d'une usine plus grande dans laquelle pénétrerait l'embranchement E2. Un fabriquant de pièces automobiles pourrait justifier la livraison de matières premières (métaux, ) et l'expédition de produits finis (moteurs, boites de vitesses,...). Un bâtiment plus imposant en bas-relief permettrait de surcroît de fermer l'horizon du spectateur et ainsi recentrer son regard sur cet entrepôt de premier plan.

Emmanuel
Marklin Ho digital MS2 voie K
Avatar de l’utilisateur
Manu93
Fécond
 
Messages: 733
Inscrit le: Lun 27 Fév 2017, 19:45
Localisation: Seine-Saint-Denis
Âge: 53
Echelle pratiquée: Ho 3R
Prénom: Manu

Re: La "Rue de Suède" revisitée en Marklin Digital

Publié: Dim 25 Mars 2018, 11:12 
Manu93 a écrit:Pour la gravure, je pense que ma pointe n'est pas assez fine, si bien que ce sont plus des briques platrieres que des briques standards.

Faudrait que j'essaie avec une aiguille de couture pour avoir des briques plus petites.

Mes dernières briques sont en textures de chez Clever Models ( http://www.clevermodels.net/ )

Exemple de mur réalisé avec des baguettes sapin 2x4

Image

C'est un peu grossier pour du HO mais le bâtiment ne sera pas très visible ...
CMR G, W, P & B Divisions
Avatar de l’utilisateur
Starbuck
Exubérant
 
Messages: 2764
Inscrit le: Sam 20 Août 2005, 19:56
Localisation: Entre lavandin et génépi ...
Âge: 56
Echelle pratiquée: Zéro US / HO US
Prénom: Jean-Marc
Club: Méclents du Jébobola

Re: La "Rue de Suède" revisitée en Marklin Digital

Publié: Mar 27 Mars 2018, 16:52 
Starbuck a écrit:
Manu93 a écrit:Pour la gravure, je pense que ma pointe n'est pas assez fine, si bien que ce sont plus des briques platrieres que des briques standards.

Faudrait que j'essaie avec une aiguille de couture pour avoir des briques plus petites.

Mes dernières briques sont en textures de chez Clever Models ( http://www.clevermodels.net/ )

Exemple de mur réalisé avec des baguettes sapin 2x4

Image

C'est un peu grossier pour du HO mais le bâtiment ne sera pas très visible ...


Bonjour Jean-Marc,

Merci pour l'info, je ne connaissais pas. Ce sont des planches imprimées ou des planches gravées ?

Merci de ton intérêt
Emmanuel
Marklin Ho digital MS2 voie K
Avatar de l’utilisateur
Manu93
Fécond
 
Messages: 733
Inscrit le: Lun 27 Fév 2017, 19:45
Localisation: Seine-Saint-Denis
Âge: 53
Echelle pratiquée: Ho 3R
Prénom: Manu

Re: La "Rue de Suède" revisitée en Marklin Digital

Publié: Mar 27 Mars 2018, 16:59 
Bien choisir les véhicules routiers

Épisode 118 - Si bien des modélistes choisissent les véhicules routiers de leur réseau sur un achat "coup de coeur", d'autres ont une démarche historique plus élaborée pour que leur parc automobile soit en adéquation avec leur matériel roulant ferroviaire. Cela nécessite un minimum de curiosité et de recherches qui aboutira à une flotte routière harmonieuse.

Bien-sûr, dans ce domaine du décor comme pour le reste du réseau, tout est possible pour se faire plaisir. Pour autant, il est préférable d'éviter les fabrications aux livrées fantaisistes ou anachroniques qui immanquablement vont dénaturer l'harmonie générale de votre oeuvre. Il vous faut donc fixer, tout comme pour le parc roulant ferroviaire, une période représentée : inutile de placer sur un réseau d'époque III une belle ambulance cellulaire serigraphiée "SAMU", puisqu'officiellement ce dernier n'a été créé qu'en 1986.

Les gyrophares

En parlant justement de véhicules de secours, des véhicules très prisés des modélistes à de nombreuses échelles, arrêtons-nous quelques instants sur leurs feux spéciaux, les célèbres gyrophares, les feux rotatifs.

« Les gyrophares (feux tournants) ont été inventés par Julien Pecoud-Bouvet, gendarme lyonnais au début du XXe siècle, qui préconisa leur diffusion à l'ensemble des véhicules officiels.» nous apprend ainsi le site de l'Association du Patrimoine et Traditions de Gendarmerie (APTG). L'esprit étant d'équiper les véhicules officiels qui jusqu'ici n'étaient dotés que de simples cloches puis d'avertisseurs sonores spécifiques et parfois de phares de toit ou de calandre, rouges bien souvent. Le modèle proposé est alors un feu rotatif émettant une lumière jaune-orangée sur les véhicules de police, de gendarmerie et des pompiers, l'ambulance municipale étant alors équipée d'un drapeau de toit relevé quand elle est en charge. Ce gyrophare orange apparait en 1958.

Image
Photo 610 : Cette Peugeot 403 de la gendarmerie avec sa peinture noire et son gyrophare orange situe la période entre 1958 et 1969. Modèle à l'échelle ho reproduit par SAI collection Rétro 87. Source iconographique : extrait du: Site Caradisiac.com

En 1966, le feu bleu rotatif est institué pour les ambulances, les véhicules prioritaires restent à l'orange.

L'apparition du feu bleu tel que connu encore actuellement ne date que de 1971. Le Code de la route instaure alors trois types de feux spéciaux :

- Le feu bleu rotatif destiné aux véhicules d'intérêt général bénéficiant de la priorité de passage (catégorie A ) : À cette époque, les services de police et de gendarmerie et "les véhicules de lutte contre l'incendie". On constate donc qu'a cette période tous les véhicules de sapeurs-pompiers ne sont pas encore concernés.

- le feu bleu clignotant à faisceau stationnaire est destiné aux véhicules d'intérêt général bénéficiant de la facilité de progression (catégorie B) : les ambulances traditionnelles, les ambulances de la Croix-Rouge et de la Protection civile (ne pas confondre avec la Sécurité Civile), mais aussi les ambulances médicalisées des premières expérimentations de ce qui allait devenir plus tard le Samu.

- le feu jaune rotatif ou clignotant est désormais réservé aux véhicules lents et assimilés, véhicules agricoles, dépanneuse,...

La loi de janvier de 1986 crée les Samu et Smur. Les ambulances de ces services sont classées en catégorie A (prioritaires).

De 1971 à nos jours, la liste des véhicules listés dans ces catégories s'est élargie et modifiée. Ainsi les véhicules des Douanes, tout comme les véhicules de l'administration pénitentiaire, initialement non concernées ont été classés d'abord en catégorie B puis plus récemment en catégorie A.

Les véhicules EDF/GDF secours sont classés en catégorie B. Ils seront progressivement déclassés en catégorie C à partir de 2003 lors du changement de statut et l'ouverture à la concurrence.

Les engins de lutte contre les intempéries hivernales sont classés en catégorie B en 1998. A partir de cette date vos chasse-neige peuvent donc être équipés de leds bleues. Les véhicules dinterventions des patrouilleurs autoroutiers passent de la catégorie C à la catégorie B au début de ce siècle.

Les rampes, d'abord fournies avec des lampes halogènes, sont épaisses et généralement bicolores. La généralisation des leds depuis une vingtaine d'années à permis la fabrication de rampes ultra-plates, généralement avec caches en cristal et leds multi-colores. Leur esthétique est donc très différente.

Un module sonore n'a d'intérêt que sur des véhicules en mouvement (Car-Systeme Faller ou véhicules radio-commandés).

Livrées et sérigraphies

A l'exception des corps de sapeurs-pompiers dont les véhicules sont historiquement rouges, les livrées des administrations ont évolué au fil du temps.

Ainsi, la gendarmerie disposait de véhicules noirs dans les années 50 et ce jusqu'en 1969, date à laquelle les véhicules passent au "bleu moyen", dit "bleu gendarmerie". A la fin du siècle, le bleu gendarmerie devient plus clair et plus vif.

Côté police, il n'y a pas à proprement parler de flotte homogène. Jusqu'à l'après-guerre, la Traction Citroën noire est plutôt destinée à la police judiciaire. La police de circonscription se déplace essentiellement en moyens collectifs (cars Renault) ou à vélo (hirondelles). Il faut attendre 1955 pour voir une peinture spécifique avec la Renault 4cv en livrée "pie", noire et blanche. Dans les années 75, se côtoient des véhicules de police-secours en livrée "pie" (R8, Tube H dont le célèbre "panier à salade",...) et d'autres en livrée grises. Ces livrées sont plus destinées aux véhicules d'intervention de voie publique.

Les premières rampes multi-feux équipent la police parisienne et la police de grandes agglomérations dans les années 80 (les énormes Goldorak de chez Sirac suivies par les Mercura). A la même période, les nouveaux véhicules sont livrés avec des sérigraphies adhésives tricolores sur des véhicules blancs. La photo 611 ci-dessous, extraite du site Amicale-Police-Patrimoine, montre une Renault R18 version turbo dans la nouvelle livrée tricolore et équipée d'une rampe Sirac emblématique des années 1980. Elle était plutôt destinée à la chasse de voitures puissantes.

Image
Photo 611 : une R18 turbo de la police dans la nouvelle livrée tricolore et avec les nouvelles rampes multi-feux de Sirac est emblématique des années 80. Source : Extrait du site Amicale-Police-Patrimoine.fr

Côté des Samu, il y a eu de nombreuses livrées. Même si les véhicules Smur étaient majoritairement blancs, il y a eu des version rouges en fonction des conventions locales entre service hospitalier et services départementaux d'incendies et de secours. Des expérimentations en peinture vert- jaune fluo ont même existé.

Plus globalement, pour les véhicules ambulances, on peut distinguer quelques périodes :

● Avant 1950, hors véhicules militaires, les ambulances étaient aménagées sur la base de véhicules breaks (Juva 4). Leur équipement de premiers secours est sommaire.

● Dans les années 50, commencent à apparaitre les aménagement sur la base de fourgons (Tube H) car il offre un plus bel espace de travail autours du malade avec des appareils plus nombreux. Certaines ambulances peuvent même recevoir deux blessés couchés. Par la suite, les fourgons réhaussés sont privilégiés.

Les VSAB pompiers des années 65 se font sur base de Peugeot J7 puis J9, Renault Master.

● Il faut attendre les années 90 pour voir l'apparition de cellules cubiques sur châssis-cabine directement inspirées des ambulances d'Amérique du Nord. A ce propos, on peut noter qu'avec l'arrivée de ce nouveau type d'équipement, les anciennes ambulances retrouvent une seconde vie dans la logistique (véhicules PC mobiles, soutien logistique opérationnel, postes médicaux avancés,... ), auprès des assocations de secourisme et d'entreprises privées.

Les marques et logos

Les entreprises portent une identité visuelle sur leur véhicules qui évolue au fil du temps. Ces logos permettent donc de dater une période. Il en est ainsi d'entreprises historiques telles que l'administration des PTT devenue La Poste et France-Télécoms.

Ainsi, le logo de la marque Carrefour n'a été créé qu'en 1963 juste avant l'ouverture de leur premier supermarché. De même, « Le premier McDonald’s a vu le jour en 1952, mais son logo en forme de double arche n’a été créé que dix ans plus tard par Jim Schindler, responsable du design des restaurants du groupe » rappelle ainsi le site Capital.fr dans un billet économie du 15 octobre 2010.

En choisissant de représenter une enseigne sur votre réseau, il vous faudra donc verifier l'existence du logo et surtout sa version.

Les numéros de téléphone

Les numéros de téléphones qui figurent sur les véhicules apportent des précisions chronologiques.

La numérotation automatique apparaît à Paris en 1928. Le numéro de l'abonné est identifié par trois lettres (le nom du central) suivi de quatre chiffres (numéro attribué dans l'ordre d'inscription). En 1953 (à partir de 1963 pour Paris), les trois premieres lettres sont remplacées par les chiffres équivalents, mais l'utilisation des lettres restera dans les usages de nombreuses années plus tard.

Image
Photo 612 : Acadiane Citroën de la société Allo dépannage avec sa numérotation à sept chiffres permet de dater ce véhicule dans les années 80. Source : extrait du site Tacot.com

1985 : La numérotation, jusqu'ici a six chiffres en province et sept dans les grandes agglomérations, passe à huit chiffres en métropole.

1996 : la numérotation à dix chiffres est instituée.

Les numéros d'appel d'urgence (17, 18,15 et 112). Difficile de dater précisément la création du 17 police-secours puisque la capitale était dotée de bornes d'appels sur la voie publique jusque dans les années 70. Il semble que le 18 a été institué dans les années 20. Le numéro 15 pour les urgences médicales a été expérimenté dès 1980 puis officialisé en 1986 avec la loi sur l'Aide médicale urgente.

Le 112 a été mis en place dans la Communauté européenne dès 1990. En France, à partir de 2000.

Les choix

Ces éléments de décor ont un coût. Et l'offre est importante. Beaucoup de livrées et versions sont en série limitée. Il va donc falloir faire des choix, et parfois être patient avant de trouver le modèle recherché chez vos fournisseurs habituels.

Sauf si vous envisagez un grand parking devant votre immense gare moderne, l'accumulation de trop d'engins disparates n'est pas très réaliste. il est sans doute préférable de travailler sur des scènettes qui apporteront une âme à votre réseau et justifieront la présence de vos véhicules pour créer des tranches de vie et raconter une histoire à l'aide de personnages bien choisis. Moins mais mieux.

Tout comme votre parc ferroviaire, il sera intéressant d'améliorer les modèles de base avec quelques touches de peinture acrylique (optiques, poignées,...) et une légère patine plus ou moins prononcée selon l'usage de la référence.

Il ne reste plus qu'a laisser libre cours à votre imagination pour créer des scènes originales et historiquement cohérentes.

Emmanuel
Marklin Ho digital MS2 voie K
Avatar de l’utilisateur
Manu93
Fécond
 
Messages: 733
Inscrit le: Lun 27 Fév 2017, 19:45
Localisation: Seine-Saint-Denis
Âge: 53
Echelle pratiquée: Ho 3R
Prénom: Manu

Re: La "Rue de Suède" revisitée en Marklin Digital

Publié: Mar 27 Mars 2018, 17:29 
Bonjour Manu,
Toujours aussi intéressant :applause: :applause: :applause: :applause:
Bonne continuation
A bientôt,
Jean.
Avatar de l’utilisateur
Rive-Reine
Disert
 
Messages: 494
Inscrit le: Jeu 26 Jan 2017, 20:24
Localisation: A côté d'AVRANCHES
Âge: 51
Echelle pratiquée: HO ép. III
Prénom: Jean

Re: La "Rue de Suède" revisitée en Marklin Digital

Publié: Mer 28 Mars 2018, 13:31 
Rive-Reine a écrit:Bonjour Manu,
Toujours aussi intéressant :applause: :applause: :applause: :applause:
Bonne continuation


Bonjour Jean,

Il y aurait sans doute encore beaucoup à écrire. Les plaques d'immatriculation, la p!ace du rétro intérieur, le nombre de rétros extérieurs, par exemple sont des détails qui permettent de dater un véhicule.

Merci de ton amicale visite
Manu
Marklin Ho digital MS2 voie K
Avatar de l’utilisateur
Manu93
Fécond
 
Messages: 733
Inscrit le: Lun 27 Fév 2017, 19:45
Localisation: Seine-Saint-Denis
Âge: 53
Echelle pratiquée: Ho 3R
Prénom: Manu

Re: La "Rue de Suède" revisitée en Marklin Digital

Publié: Ven 30 Mars 2018, 08:33 
Bonjour Manu,
j'ai pris une bonne leçon ce matin en regardant ton fil pour apprendre à faire des chargements. Je n'en suis pas encore arrivé à ce stade, car je suis à fond dans le décor de notre réseau. Maintenant que j'ai découvert tout ce que tu réalises et bien je vais y venir de temps en temps et reprendre quelques leçons. En ce qui concerne les bâtiments en carton, j'ai eu l'occasion de monter des petites constructions de chez Région et Compagnie et c'est assez simple à faire. Peut-être que la marque Allemande que tu as utilisé est moins onéreuse? Sur ce félicitations pour tes réalisations et je repars finir mon Hôtel.
Valérie.
Toujours au top.
Lilidrop
Fécond
 
Messages: 500
Inscrit le: Lun 04 Jan 2016, 16:41
Âge: 53
Echelle pratiquée: ho
Prénom: valerie
Club: RM2VO

Re: La "Rue de Suède" revisitée en Marklin Digital

Publié: Mar 03 Avr 2018, 02:38 
Lilidrop a écrit:Bonjour Manu,
j'ai pris une bonne leçon ce matin en regardant ton fil pour apprendre à faire des chargements. Je n'en suis pas encore arrivé à ce stade, car je suis à fond dans le décor de notre réseau. Maintenant que j'ai découvert tout ce que tu réalises et bien je vais y venir de temps en temps et reprendre quelques leçons. En ce qui concerne les bâtiments en carton, j'ai eu l'occasion de monter des petites constructions de chez Région et Compagnie et c'est assez simple à faire. Peut-être que la marque Allemande que tu as utilisé est moins onéreuse? Sur ce félicitations pour tes réalisations et je repars finir mon Hôtel.
Valérie.


Bonjour Valérie,

La marque Joswood n'est ni plus ni moins onéreuse que d'autres produits de même catégorie. Merci de ton intéret pour ce fil.
Manu
Marklin Ho digital MS2 voie K
Avatar de l’utilisateur
Manu93
Fécond
 
Messages: 733
Inscrit le: Lun 27 Fév 2017, 19:45
Localisation: Seine-Saint-Denis
Âge: 53
Echelle pratiquée: Ho 3R
Prénom: Manu

Re: La "Rue de Suède" revisitée en Marklin Digital

Publié: Mar 03 Avr 2018, 02:47 
Spécial anniversaire : un an de plaisirs partagés

Épisode 119 - Inauguré le 1er avril 2017, le blog « Le train de Manu » a été consulté par un peu plus de 36 500 visiteurs cette première année. Mais, plus que ce beau succès d'audience, ce blog est aussi et surtout une belle aventure pleine d'humanité. Grâce à vous.

A une époque tourmentée par les affres d'un libéralisme exacerbé, voire même, osons le dire, d'un capitalisme totalitaire, dans le contexte d'une mondialisation aux effets sociaux dévastateurs, où le narcissisme éphémère est institué en dogme, nos réseaux miniatures sont sans aucun doute un lieu de ressourcement. Que nous soyons collectionneurs contemplatifs ou modélistes ludiques, notre pratique est empreinte d'une certaine forme d'apaisement et d'évasion. Nos oeuvres, simples dioramas ou réseaux d'envergure, ne sont que l'interprétation que nous nous faisons d'un monde imaginaire exempt de défaut. Sorte de refuge intemporel.

Le modélisme ferroviaire n'échappe pas à cette orgie consumériste a laquelle nos fabricants contribuent allègrement par la multiplication de séries limitées, alimentant, si l'on n'y prend garde, les circuits spéculatifs et détruisant par là même le renouvellement générationnel des adeptes. Ma pratique est aux antipodes de cette débauche destructrice. Mes moyens financiers limités obligent à une approche plus pragmatique, une consommation raisonnée et éco-responsable.

Sans renier les progrès technologiques qui contribuent aussi à la réussite de nos œuvres - mon réseau est digital, il est malgré tout possible de pratiquer un modélisme pleinement satisfaisant avec peu de place et un budget contraint. Ce blog s'en veut la démonstration.

Image

Un public-cible restreint

Lorsqu'on entreprend la publication d'un blog, l'objectif est évidemment de capter puis fidéliser une audience. Cela est d'autant plus difficile lorsque le public ciblé est restreint. Le modélisme ferroviaire est de ces sujets puisque nous ne sommes plus qu'entre 30000 et 50000 pratiquants de ce hobby en France, selon les sources. Alors, forcement, le nombre de 36500 visiteurs ne peut être qu'un signe encourageant, très encourageant même !

Car, 36500 visiteurs, cela signifie tout de même un visiteur toutes les quinze minutes depuis la création du blog. Autant le dire, c'est bien au-delà de mes prévisions initiales.
Image
Avec 61222 pages visitées, cela représente une moyenne de 514 vues par article.
Image
Image
Image

Plusieurs événements majeurs ont «boosté » le compteur :

● En juin, le blog a fait l'objet d'un billet dans la rubrique " Sur le web " de la revue « Clés pour le train miniature " (Groupe LR Presse). Incontestablement, ce fut un sérieux coup de pouce pour ce lancement récent.

● En juillet, mon reportage sur l'exposition « Fédé Rail 2017 » a été relayé plusieurs semaines en page d'accueil du site officiel de la FFMF, notre fédération et institution organisatrice. Assurément, cela a augmenté ma visibilité tout autant que ma crédibilité éditoriale.

● L'article publié au lendemain du drame de Millas : Titré « Halte à la désinformation : les passages à niveaux français ne sont pas dangereux » et publié le 28 décembre dernier, ce billet d'actualité a suscité à lui seul plus de 2300 partages sur le réseau social Facebook, preuve que les billets généralistes d'opinion retiennent l'attention du lectorat, élargi à cette occasion. N° 1 du " Top articles ", c'est l'article le plus consulté, le plus partagé et commenté à ce jour.

● Plus récemment, en début d'année, le blog a été référencé sur le moteur de recherches Google. Alors que mes lecteurs provenaient initialement de Facebook, les nouveaux visiteurs sont aujourd'hui majoritairement originaires de Google. Il est d'ailleurs plaisant de tomber sur mes propres articles lorsque j'effectue mes recherches documentaires. La richesse iconographique du site, avec près de 620 photographies publiées, contribue fortement à cette excellente visibilité en moins d'un an.

Une cinquantaine de lecteurs sont abonnés à la newsletter.
Image
Image

● Les forums : parallèlement, j'ai partagé cette aventure sur le forum généraliste de notre revue historique " Loco-Revue ", dans la rubrique " Clés pour le train miniature " : mon fil « La rue de Suède revisitée en Märklin digital » a été visité plus de 50200 fois depuis le 10 avril 2017 (soit une vue toutes les dix minutes), date de son introduction. Vous trouverez dans ce sous-forum d'autres réalisations qui pourront vous inspirer pour vos projets.

(...)

Des visiteurs du monde entier

Plus surprenant est l'origine géographique des visiteurs, puisque les internautes français ne représentent que 65% des consultations. Le reliquat provient donc des autres pays du continent européen (essentiellement Allemagne, Belgique, Suisse, Italie, Espagne, Pays de l'Est, Russie,...) mais aussi d'autres continents à réminiscence francophone (Afrique du Nord, Afrique noire, Amérique du Nord, Canada,...). Un beau succès international, absolument pas prévu.

Image
Image
Marklin Ho digital MS2 voie K
Avatar de l’utilisateur
Manu93
Fécond
 
Messages: 733
Inscrit le: Lun 27 Fév 2017, 19:45
Localisation: Seine-Saint-Denis
Âge: 53
Echelle pratiquée: Ho 3R
Prénom: Manu

Re: La "Rue de Suède" revisitée en Marklin Digital

Publié: Mar 03 Avr 2018, 02:54 
Suite

Une belle aventure humaine

Ce blog, qui n'avait d'autre prétention que de prouver que le modélisme ferroviaire reste accessible malgré une surface et un budget contraints, a également suscité un bel et surprenant élan de solidarité. Totalement imprévu. Ce modeste projet à en effet attiré l'attention d'autres modélistes qui ont souhaité apporter leur contribution : Jeanne et Olivier (Paris XXe), Pierre (Suisse) et Christian (Oise) m'ont ainsi généreusement offert du matériel roulant, dont deux locomotives (Une BR80 et une BR38), et de nombreux accessoires.

Outre Jeanne et Olivier, j'ai également rencontré Xavier, modéliste béarnais, à l'occasion de le remise d'un coffret de wagons en décembre dernier. Dans les tous prochains jours, je ferai la connaissance de Philippe, Mârkliniste des Yvelines. J'y reviendrai.

(...)
Image
Image

(...)

Le reportage sur la belle exposition de Saint-Mandé à confirmé l'intérêt des lecteurs pour la rubrique " actualités " et notamment l'actualité de nos artisans, auto-entrepreneurs et TPE français. Il n'est point ici question de rivaliser avec nos titres de presse spécialisée, mais seulement de relayer ponctuellement les nouveaux produits de nos dynamiques créateurs. Il faut soutenir l' "Excellence française". Trimestriellement donc, je vous proposerai un panorama de leur nouvelles productions.

Image

Pour faciliter vos recherches et votre navigation sur le site, j'ai prêté un soin particulier à son architecture : caroussel, menu horizontal, catégories et tags optimisent l'ergonomie de vos visites. Raison pour laquelle je vous invite à privilégier la version "bureau", la version "mobile" ne proposant qu'une fonctionnalité très simplifiée. Vous pourrez y retrouver plus facilement d'anciens articles, par thématiques.
Image
Image

L'importance de la famille

Comme je l'écrivais il y a un an dans mon tout premier épisode, un tel projet, même modeste, implique à minima l'assentiment de son entourage familial, voire son adhésion. Cela est d'autant plus vrai lorsque le réseau n'a pas de pièce dédiée, ce qui était mon cas au lancement du projet.

Si tous les membres de la famille m'ont soutenu dans cette aventure, je tiens ici à remercier tout particulièrement mon épouse. Elle m'a encouragé dans ma démarche, et sans elle, ce projet n'aurait pas vu le jour. D'autant que, ensemble depuis bientôt trente ans, elle a connu ma première période de modélisme et savait au combien cette passion peut être, disons,... envahissante.
Image
Merci à vous lecteurs pour votre fidélité sur ces pages et vos encouragements. Merci enfin aux mécènes qui ont soutenu ce projet.

Il est temps de retourner à l'ouvrage et d'entamer la saison 2.

Emmanuel
Les hyperliens ne sont accessibles qu'à partir du blog
Marklin Ho digital MS2 voie K
Avatar de l’utilisateur
Manu93
Fécond
 
Messages: 733
Inscrit le: Lun 27 Fév 2017, 19:45
Localisation: Seine-Saint-Denis
Âge: 53
Echelle pratiquée: Ho 3R
Prénom: Manu

Re: La "Rue de Suède" revisitée en Marklin Digital

Publié: Mer 04 Avr 2018, 23:55 
Construction du module de liaison

Menuiserie

Épisode 121 - Reprise des travaux d'infrastructure avec la construction d'un module de liaison en prévision d'une future extension.

A l'origine du projet, ma « Rue de Suède revisitée en Märklin digital » ne devait être qu'un simple module installé dans le salon familial et son exploitation était prévue avec deux tablettes latérales rabattables. Le déménagement du réseau dans une pièce dédiée en fin d'année dernière à ouvert de nouvelles perspectives. Ma « Rue de Suède » a ainsi été baptisée « ZI Nord » et une extension envisagée côté Est par l'adjonction d'un module au dessus du bureau-atelier, formant ainsi un réseau en forme de L.

Un second module en prévision

Le second module, nommé « ZI Est », sera plus petit, avec une longueur utile et visible de 150 cm (sur une profondeur d'environ 40 cm) car il sera encadré par deux modules de liaison de 50x50 cm. Il s'agira de modules d'angle non visibles du spectateur (modules "aveugles") n'ayant pour seul fonction que de supporter un quart de cercle de voie pour passer d'un module à l'autre dans les angles de la pièce.

Image
Photo 639 : un module ho en cours de construction. Il s'agit d'un module de liaison en angle non visible du public (module aveugle). Source : letraindemanu sur Canalblog.

Pour ce module de liaison entre les deux zones industrielles, j'avais d'abord prévu un rayon de 43,75 cm (rayon R2 Märklin), posé sur un caisson de 50 x 50 cm. Malheureusement, ce rayon amenait ma voie trop près du fond de décor de ma future ZI Est, ce qui en aurait compliqué la décoration. Mon module ZI Nord ne pouvant pas être déplacé vers la gauche en raison de la présence d'une fenêtre que je ne voulais pas condamner, j'ai décidé d'opter pour un rayon de 36 cm (rayon R1 Märklin). Certes, c'est serré, mais cette portion ne sera pas visible. De plus, ce réseau n'est prévu que pour recevoir du matériel court et circulant à des vitesses peu élevées.

Tout en matériel de récup'

Toujours dans l'esprit d'un budget raisonné, ce module de liaison est réalisé avec des matériaux de récupération : bois trouvé aux encombrants, quincaillerie de seconde main, Polyglass issu de mes chutes de travaux de façade, ...

L'idée est donc de fabriquer un simple cadre de 50 x 50 cm avec des tasseaux collés à la colle à bois. Les angles sont renforcés avec des équerres métalliques vissées.

Image
Photo 640 : un module ho en cours de construction. Il s'agit d'un module de liaison en angle non visible du public (module aveugle). Il est ici doté de deux parois anti-chute. Source : letraindemanu sur Canalblog.

Le support de voie est découpé à la scie sauteuse dans du contreplaqué de 20 mm d'épaisseur au rayon de 36 cm. La plate-forme fait 11 cm de large. Ce choix d'une plate-forme est indispensable. En effet, le module sera inaccessible quand le module ZI Est sera installé. En cas de déraillement, il faudra donc pouvoir récupérer le matériel en passant par en-dessous.

J'envisage d'y installer une caténaire. Elle n'est actuellement pas prévue sur le réseau, mais reste une option. Car, une fois ZI Est construite, je n'aurai qu'un acces mal aisé à cet angle et l'installation de la caténaire serait alors compliquée. Mieux vaut être prévoyant.

Pour éviter toute chute de matériel roulant, une plaque de Polyglass est vissée de chaque côté de la plate-forme et renforcée par des chutes de tasseaux collés sous la plaque. La hauteur utile est donc de 9cm, soit approximativement la hauteur d'un mat de caténaire.

Des peignes de reliure sont vissés sous la plate-forme pour recevoir proprement les futurs câblages : Le feeder traction et les circuits électriques du module ZI Est. Un trou est percé pour réalimenter la voie sur cette portion et passer le cablage pour le témoin d'occupation par circuit de voie (led rouge clignotante au tableau de commande et de contrôle). A ce propos, il va falloir penser à changer les essieux de mes wagons Roco.

Image
Photo 641 : un module ho en cours de construction. Il s'agit d'un module de liaison en angle non visible du public (module aveugle). Vu de dessous, on aperçoit les peignes de reliures pour les câblages. Source : letraindemanu sur Canalblog.
Le cadre est ensuite fixé sur trois côtés : côté ZI Nord et sur les deux murs.


La voie

La voie utilisée sera de la voie C Märklin puisque puisque ZI Nord est équipée à chaque extrémité d'un rail de transition K>C. J'y reviendrai au moment de sa pose.

Image
Photo 642 : Le module d'angle est en place. la fixation est solide. Lorsque la ZI Est sera en place, ce module ne sera plus visible du spectateur. Source : letraindemanu sur Canalblog.

Mais d'ores et déjà, une plaquette anti-chute a été fixée à l'extrémité coté du futur module ZI Est.

Emmanuel
Marklin Ho digital MS2 voie K
Avatar de l’utilisateur
Manu93
Fécond
 
Messages: 733
Inscrit le: Lun 27 Fév 2017, 19:45
Localisation: Seine-Saint-Denis
Âge: 53
Echelle pratiquée: Ho 3R
Prénom: Manu

PrécédentSuivant

Retour vers Clés pour le train miniature

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Lightman69fr, likiki et 13 invité(s)