Forums LR PRESSE

Où il est question de trains, petits et grands

  • Advertisement

Halte à la désinformation : les passages à niveaux français

Ici prennent place les discussions diverses autour du train qui ne rentrent pas dans les rubriques spécialisées ainsi que les discussions sur le modélisme et les hobbies en général. Tout fil de discussions sans réponse au bout de 120 jours est automatiquement supprimé.

Modérateur: MOD

Re: Halte à la désinformation : les passages à niveaux franç

Publié: Ven 14 Sep 2018, 13:00 
Un rappel des règles ne serait pas mal.
Christian
Chris6176
Causant
 
Messages: 200
Inscrit le: Ven 26 Mai 2017, 21:00

Re: Halte à la désinformation : les passages à niveaux franç

Publié: Ven 14 Sep 2018, 13:57 
J'ai passé mon permis moto 15 ans après mon permis auto. Le code fut de nouveau indispensable. J'en ai appris des choses, notamment la façon de clignoter dans les ronds points, quasi inexistants à l'époque de mon premier permis.

On devait tous repasser le code régulièrement.
Philippe
Mac
Communicatif
 
Messages: 968
Inscrit le: Lun 07 Mai 2012, 15:42
Localisation: Neufchateau, Vosges.
Âge: 49

Re: Halte à la désinformation : les passages à niveaux franç

Publié: Ven 14 Sep 2018, 16:17 
Mac a écrit:On devrait tous repasser le code régulièrement.

En 1999 j'ai fais un test code à l'auto école où mon fils ainé était inscrit, j'ai fais 13 fautes notamment sur des diapos où il m'était impossible de savoir répondre :siffle:
L'idée de Prevost est excellente mais je crains qu'elle ait un effet contre-productif : "comment se fait-il qu'il existe encore des trains qui viennent couper MA route ?" :roll:
Sur les vidéos de cartons aux pn on voit souvent des gens faire des signes (désespérés :mort: ) au train qui arrive ....
L'inculture sur les choses qui sont autour de nous est effrayante.
Lorsque j'évoque différents aspects concernant les trains (ou les bateaux, autre centre d'intérêt perso) j'ai même entendu la réflexion : "pourquoi tu t'intéresse aux trains c'est pas ton métier !" (sans commentaire)
informatisé oui, mais pas trop
Avatar de l’utilisateur
Matabiau
Démonstratif
 
Messages: 1384
Inscrit le: Mar 27 Oct 2009, 13:08
Localisation: 31 (ex 58 et 94)
Âge: 68
Echelle pratiquée: HO III/IV
Prénom: Michel
Club: privé Villeneuve (LR805/822)

Re: Halte à la désinformation : les passages à niveaux franç

Publié: Ven 14 Sep 2018, 17:24 
Dans mon entreprise, nous suivons tous les 3 ans une formation/remise à niveau sur la sécurité routière et l'éco-conduite.
Croyez moi, c'est très intéressant et très utile.
C'est là qu'on voit les mauvaises habitudes vite attrapées.
Le Meusien
Communicatif
 
Messages: 764
Inscrit le: Ven 06 Avr 2012, 17:58
Localisation: Drôme
Âge: 58
Echelle pratiquée: H0
Prénom: Alain

Re: Halte à la désinformation : les passages à niveaux franç

Publié: Ven 14 Sep 2018, 20:26 
Oui, enfin bon : 'faut pas charrier non plus.
Un feu rouge clignotant à un PN : on s'arrête.
Et ce n'est pas nouveau.

Quant à l'éco-conduite, le politiquement correct m'empêche de dire ce que j'en pense. :mdr2:
Gars de gare égaré
Avatar de l’utilisateur
Renato
Intarissable !
 
Messages: 16211
Inscrit le: Sam 01 Mars 2008, 16:00
Localisation: Sous les ogives du Midi
Echelle pratiquée: H0 1958-75
Club: Rigollots®

Re: Halte à la désinformation : les passages à niveaux franç

Publié: Sam 15 Sep 2018, 08:49 
L'ecoconduite, je suis loin d'être contre. Surtout avec les km qu'on se tape dans mon service. Cependant, j'aimerais bien que l'économie réalisée profite au conducteur, sous forme de bons carburants par exemple. C'était le cas avec la prime de charbon des équipes des locomotives à vapeur.
Dernière édition par Elvis-Jagger-Abdul-Jabbar le Dim 16 Sep 2018, 20:40, édité 1 fois au total.
L'essentiel:Se faire plaisir!
Avatar de l’utilisateur
Elvis-Jagger-Abdul-Jabbar
Débordant
 
Messages: 3004
Inscrit le: Mar 14 Fév 2017, 23:37
Localisation: Pays arverne
Âge: 34
Echelle pratiquée: De richter
Prénom: Antoine
Club: Indépendants associés

Re: Halte à la désinformation : les passages à niveaux franç

Publié: Sam 15 Sep 2018, 12:24 
Renato a écrit:Oui, enfin bon : 'faut pas charrier non plus.
Un feu rouge clignotant à un PN : on s'arrête.
Et ce n'est pas nouveau.

Quant à l'éco-conduite, le politiquement correct m'empêche de dire ce que j'en pense. :mdr2:


:applause: :applause: :applause:
Everybody Lies....
Avatar de l’utilisateur
Personne
Papotier
 
Messages: 180
Inscrit le: Lun 14 Mai 2018, 11:00
Localisation: A l ouest de Lugdunum

Re: Halte à la désinformation : les passages à niveaux franç

Publié: Lun 17 Sep 2018, 17:19 
Elvis-Jagger-Abdul-Jabbar a écrit:L'ecoconduite, je suis loin d'être contre. Surtout avec les km qu'on se tape dans mon service. Cependant, j'aimerais bien que l'économie réalisée profite au conducteur, sous forme de bons carburants par exemple. C'était le cas avec la prime de charbon des équipes des locomotives à vapeur.


J'ai envie de dire, si l'économie de carburant est récompensée par le droit de brûler ce qu'on a économisé, pas sûr que ce soit très éco à l'arrivé... 8)
Avatar de l’utilisateur
Fmartin360
Communicatif
 
Messages: 916
Inscrit le: Ven 10 Fév 2017, 13:41
Echelle pratiquée: HO
Prénom: François

Re: Halte à la désinformation : les passages à niveaux franç

Publié: Mar 18 Sep 2018, 15:14 
Prevost a écrit:Qui te dit que des sondages n'ont pas été fait avant :?: Les sondages se font en général sur l'emprise même de la construction. Ils se font en quantité adaptée à l'ouvrage. Un sondage a un coût. Néanmoins un sondage de dit pas tout. Il peut toujours y avoir des surprises à l'ouverture des fouilles.
J'ai un exemple récent dans ma région (déviation du Puy) où malgré les sondages et études de sol, l’étude de la structure de la tranché couverte a du être refaite après les terrassements. D'autres problèmes problèmes ont du être résolus comme le drainage et la stabilisation des sols. Conséquences : Coût et délais.
Les fondations ne sont pas une science exacte.
Alors sous entendre que le bureau d'étude est incompétent, est bien une ineptie. :?

Ah, au fait, juste un truc dont je me souviens...

Bien avant les travaux et le début du sondage, on pouvait voir que le sol du côté sud de la voie (contrairement au côté nord) était marécageux à cause de la présence de nombreuses plantes semi-aquatiques (joncs et autres) et n'était pas cultivé. Et ceci depuis de très nombreuses années (plus de trente ans pour ma part). Mais, peut-être que dans le cursus de certaines personnes, il faudrait inclure un cours élémentaire de botanique... :ange3:
Je suis Jumbo
Avatar de l’utilisateur
PJRo
Zé cru voir un rominet!
 
Messages: 13485
Inscrit le: Lun 15 Août 2005, 16:45
Âge: 62
Echelle pratiquée: HO
Prénom: Pascal
Club: AAATV-SPDC

Re: Halte à la désinformation : les passages à niveaux franç

Publié: Mar 18 Sep 2018, 17:15 
PJRo a écrit:
Prevost a écrit:Qui te dit que des sondages n'ont pas été fait avant :?: Les sondages se font en général sur l'emprise même de la construction. Ils se font en quantité adaptée à l'ouvrage. Un sondage a un coût. Néanmoins un sondage de dit pas tout. Il peut toujours y avoir des surprises à l'ouverture des fouilles.
J'ai un exemple récent dans ma région (déviation du Puy) où malgré les sondages et études de sol, l’étude de la structure de la tranché couverte a du être refaite après les terrassements. D'autres problèmes problèmes ont du être résolus comme le drainage et la stabilisation des sols. Conséquences : Coût et délais.
Les fondations ne sont pas une science exacte.
Alors sous entendre que le bureau d'étude est incompétent, est bien une ineptie. :?

Ah, au fait, juste un truc dont je me souviens...

Bien avant les travaux et le début du sondage, on pouvait voir que le sol du côté sud de la voie (contrairement au côté nord) était marécageux à cause de la présence de nombreuses plantes semi-aquatiques (joncs et autres) et n'était pas cultivé. Et ceci depuis de très nombreuses années (plus de trente ans pour ma part). Mais, peut-être que dans le cursus de certaines personnes, il faudrait inclure un cours élémentaire de botanique... :ange3:


Il y a l'étude d'impact environnementales et son volet naturaliste pour identifier les espèces végétales présentes sur le site d'aménagement. La constitution d'un biotope révèle les sensibilités du terrain qui donne des pistes pour la suite du projet...
Alexandre B, ex Alexdetoulouse
Avatar de l’utilisateur
Alexandre B.
J'étais Alexdetoulouse
 
Messages: 3280
Inscrit le: Ven 14 Nov 2008, 00:15
Localisation: Poitiers/Bordeaux
Âge: 38
Echelle pratiquée: HO
Prénom: Alexandre
Club: Ferrovienne (86)

Re: Halte à la désinformation : les passages à niveaux franç

Publié: Mer 19 Sep 2018, 07:54 
Fmartin360 a écrit:
Elvis-Jagger-Abdul-Jabbar a écrit:L'ecoconduite, je suis loin d'être contre. Surtout avec les km qu'on se tape dans mon service. Cependant, j'aimerais bien que l'économie réalisée profite au conducteur, sous forme de bons carburants par exemple. C'était le cas avec la prime de charbon des équipes des locomotives à vapeur.


J'ai envie de dire, si l'économie de carburant est récompensée par le droit de brûler ce qu'on a économisé, pas sûr que ce soit très éco à l'arrivé... 8)

c'est un exemple, juste que je pense qu'il faudrait que ca soit incitatif.
L'essentiel:Se faire plaisir!
Avatar de l’utilisateur
Elvis-Jagger-Abdul-Jabbar
Débordant
 
Messages: 3004
Inscrit le: Mar 14 Fév 2017, 23:37
Localisation: Pays arverne
Âge: 34
Echelle pratiquée: De richter
Prénom: Antoine
Club: Indépendants associés

Re: Halte à la désinformation : les passages à niveaux franç

Publié: Mer 19 Sep 2018, 19:06 
J'ai un doute, on parle toujours du passage supérieur en construction sur la RN10 aux alentours de Cloyes ?
Jérôme, nouveau breton
Avatar de l’utilisateur
TwInSeN
Intarissable !
 
Messages: 8492
Inscrit le: Mar 05 Fév 2008, 21:05
Localisation: Chantepie (35)
Echelle pratiquée: HO
Prénom: Jérôme
Club: ou pas...

Re: Halte à la désinformation : les passages à niveaux franç

Publié: Jeu 20 Sep 2018, 08:28 
Au sud de Châteaudun, oui...

Projet initial déjà publié plus haut :

Image

Zone au sud du PN que j'ai toujours connu en friche depuis 30 ans :

Image
Je suis Jumbo
Avatar de l’utilisateur
PJRo
Zé cru voir un rominet!
 
Messages: 13485
Inscrit le: Lun 15 Août 2005, 16:45
Âge: 62
Echelle pratiquée: HO
Prénom: Pascal
Club: AAATV-SPDC

Re: Halte à la désinformation : les passages à niveaux franç

Publié: Dim 04 Nov 2018, 23:29 
Catastrophe ferroviaire de Millas : la conductrice du car mise en cause

Catastrophe de Millas

Épisode 178 - Neuf mois après l'accident d'autocar mortel survenu sur un passage à niveau (PN dans la suite du texte) à Millas, les premiers rapports d'expertises accablent la conductrice du car. Les familles des victimes demandent un élargissement des responsabilités.

Le drame s'était déroulé le 14 décembre dernier. Peu après 16h, un autobus de transport scolaire avait été percuté par un TER sur le passage à niveau n°25 de la ligne de Perpignan à Villefranche, sur la commune de Millas. Sous l'impact, le car Irisbus Récréo avait été coupé en deux. Le bilan est lourd puisqu'on dénombre six morts et douze blessés graves, dont la conductrice, dans le véhicule routier. Les vingt-deux passagers du TER sont indemnes, le train n'ayant pas déraillé.

Image
Photo 1007 : les secours engagés sur la catastrophe. Source : Maxppp / Clementz Michel

Le soir-même, les médias télévisuels charognards en quête d'audimat diffusaient en boucle les images de la désincarcération, questionnaient les équipes de secours et les autorités de façon chronophage, interrogeaient avec indécence les familles éplorées et relayaient les théories les plus fantaisistes quant à un éventuel dysfonctionnement du passage à niveau, tel des tribunaux inquisiteurs contre une SNCF forcément responsable. Forcément ! Je m'étais d'ailleurs indigné de ce traitement médiatique médiocre et partial dans un billet titré « Halte à la désinformation : les passages à niveau français ne sont pas dangereux ». Cet article incisif à l'égard de la caste journalistique, mais aussi de certains internautes en mal de notoriété, avait d'ailleurs suscité beaucoup de réactions et de partages à l'époque.

Des expertises accablantes pour la conductrice

Depuis l'accident, la conductrice du car a toujours affirmé que la barrière du PN était levée et les signaux lumineux éteints, écartant toute faute de sa part et incriminant un PN prétendument dysfonctionnel. Une version mise à mal rapidement par de nombreux témoignages : rescapés du bus, conducteurs du TER - ils étaient deux en cabine - et autres automobilistes présents au moment du drame. Les familles de victimes ont majoritairement apporté leur soutien à la conductrice. L'émotion est rarement de bon conseil.

Une honteuse pétition avait même été lancée et avait recueilli, le 28 décembre, 50 000 signatures pour soutenir la conductrice. Bernard Aubin avait publié un excellent article sur le blog « le hérisson du rail » pour dénoncer cette pétition malsaine et immonde. « En France, au 21ème siècle, 50 000 personnes viennent de désigner un coupable en dehors de tout procès. Inquiétant ! » conclue l'auteur avec une légitime préoccupation.

Pour mémoire, une reconstitution du drame le 19 décembre a abouti, dès le lendemain, à une mise en examen de la conductrice pour homicides et blessures involontaires par imprudence. Plusieurs expertises ont été diligentées : la première porte sur la rame ferroviaire et le fonctionnement du PN, en particulier la détection, la seconde sur les restes de la barrière impliquée et la troisième concerne l'autocar. Cette dernière, qui écarte toute cause d'origine mécanique ou météorologique, est accablante pour la conductrice. En effet les experts considèrent que « l'origine de cet accident provient d'un freinage tardif de la conductrice de l'autocar » et qu'elle a « percuté la barrière au passage à niveau ».

Les experts décrivent ainsi le déroulé du drame : « Après avoir accéléré jusqu'à 12 km/h, la conductrice de l'autocar (...) se rend compte de la présence d'un obstacle (...) et elle écrase la pédale de frein. (...) Mais lorsqu'elle décide de freiner, l'autocar (…) est déjà trop près de la barrière fermée et elle ne réussit pas à stopper l'autocar avant d'atteindre la voie ferrée. Sur sa lancée, bien qu'elle soit en freinage, elle percute la barrière du passage à niveau qui se plie » rapporte ainsi le Figaro. Il est d'ailleurs à noter que le site avait été récemment réaménagé comme en témoigne la photo ci-dessous.

Image
[sise=85]Photo 1008 : enquêteurs sur le site de la catastrophe le 19 décembre 2017. Source Code AFP[/size]

Les analyses de la rame et du fonctionnement du PN n'ont détecté aucune anomalie et tendent donc à écarter toute responsabilité de la SNCF. Les expertises portant sur la barrière impliquée n'ont pas donné de résultat probant du fait de plusieurs endommagements antérieurs.

Des contre-expertises demandées

Me Codognès, avocat de la conductrice, conteste les conclusions de ces premiers rapports. Sur France bleu, il explique « À 12 km/h, quand vous freinez puissamment, le véhicule s'arrête, il ne traverse pas une voie ferrée, poursuit l'avocat. Nous allons analyser ce rapport, nous allons demander des compléments d'information, des contre-expertises, une remise en situation. On fera rouler le bus à 12 km/h, on freinera, on verra si 15 mètres après, il circule encore. Douze kilomètres à l'heure, c'est moins vite que quelqu'un qui court ! ». Il demande des contre-expertises, une mise en situation et des compléments d'informations.

Des expertises médicales souhaitées

Au moment des faits, la conductrice était sous tratement médical. Car l'accident est survenu le jour anniversaire du décès du père de la conductrice. Et cette dernière est sous traitements consécutivement à cette disparition. En particulier des somnifères.

Me Jehanne Collard, avocate des parties civiles jointe par Franceinfo souscrit aux premières conclusions mettant en cause la conductrice mais tend à élargir les responsabilités en direction des médecins qui traitaient la patiente. Au premier rang desquels son médecin traitant qui, selon elle, « a prescrit un traitement aux effets secondaires graves pour des personnes qui conduisent ». Ainsi que le médecin du travail « qui était informé et qui l'a déclarée apte à la conduite ».

Le rôle des medecins

Cette approche du dossier n'est pas sans rappeler la catastrophe de la Germanwings, survenue le 24 mars 2015. Un pilote dépressif, qui s'était enfermé seul dans le poste de pilotage, avait entraîné la mort de 144 passagers et cinq autres membres d'équipage dans son opération destructrice. Les psychologues ont d'ailleurs considéré cet acte comme une tuerie de masse et non comme le suicide d'un dépressif. Il avait crashé l'avion dans les Alpes françaises. L'enquête avait alors démontré l'état de fragilité psychiatrique du pilote et des traitements supposément incompatibles avec la profession du patient. La responsabilité des médecins avaient, à l'époque, été pointée du doigt. Par la suite, il avait été découvert au domicile du pilote des arrêts de travail et des certificats d'incapacité de travail déchirés. Au delà, au plan du droit, se posait la problématique du secret médical face à l'intérêt général.

Dans le cas de Millas, il n'y a semble-t-il pas d'acte volontaire et délibéré de la conductrice. Mais il est légitime de se questionner sur sa santé et ses traitements qui auraient pu affecter ses fonctions cognitives voire diminuer ses capacités à la conduite. Car, jusqu'alors seuls sont mentionnés des somnifères. De nombreux autres médicaments pour d'autres pathologies peuvent être incompatibles avec la conduite d'un véhicule. Tous ces médicaments comportent sur leur emballage un pictogramme à trois niveaux d'information. La conductrice elle-même ne pouvait donc ignorer ces restrictions. Rappelons en effet que le médecin n'a qu'une obligation de conseil. C'est le patient qui reste maitre de toute décision. Le secret de la consultation ne permet ni d'affirmer ni d'infirmer que le médecin traitant n'a pas correctement conseillé sa patiente ou n'a pas proposé un arrêt de travail. Et le secret médical ne prévoit d'être levé que dans quelques circonstances prévues par la loi, notamment en cas de sévices ou de maltraitance, notamment sur des personnes vulnérables.

Médicaments impliqués dans les accidents

Si à l'avenir un tribunal venait à considérer que la conductrice était responsable de l'accident mais que sa responsabilité était atténuée par le volet santé de la mise en cause, comme le suggère l'avocate des parties civiles, une telle décision poserait alors un problème sociétal plus large : doit-on mettre en arrêt de travail tous les patients ayant au moins un médicament à conséquence à risque pour la conduite de véhicule ? Peut-on interdire la conduite de tout engin motorisé à ces mêmes patients ?

Car une publication de l'Ansem datée du 17 novembre 2010 indique que 3% des accidents de la route ont pour cause les médicaments. Elle s'appuie sur une étude menée entre 2005 et 2008 portant sur 70 000 conducteurs impliqués dans un sinistre. Et de préciser « ce sont essentiellement des anxiolytiques, des hypnotiques, des antiépileptiques et des antidépresseurs. Ceci confirme qu’il est indispensable que les patients, amenés à prendre ce type de médicaments, respectent les messages de bon usage qui accompagnent les pictogrammes correspondants. ». Sur la base des 61 224 accidents corporels recensés en 2017 par la Sécurité routière, 3% cela représente 1836 accidents corporels routiers ayant pour cause les médicaments.

Allons plus loin dans cette approche. Les conducteurs sous traitements ne seraient alors plus seuls à être concernés. En effet, une publication du Figaro santé met en exergue les mêmes risques pour les piétons. Une étude portant sur 6 500 piétons entre juillet 2005 et décembre 2011 met en avant 48 classes de médicaments impliqués dans ces sinistres « Les plus communs étaient: les benzodiazépines (utilisés principalement contre l’anxiété comme le Lexomil) les anti-histaminiques (dont les traitements contre les allergies) et anti-inflammatoires ». Mais pas seulement : « (...) Ainsi, les alpha-bloquant entraînent une vasodilatation et donc une plus faible pression du sang, avec des symptômes potentiels comme: de l’asthénie (perte de force), des vertiges, de la fatigue, etc.», notent les auteurs de l’étude. Doit-on également interdire à ces patients de marcher sur la voie publique ?

Enfin, les préfets n'ont-ils pas aussi, à travers les visites médicales agréées, un droit de regard périodique sur les salariés usant d'un véhicule professionnel ? Les chauffeurs de poids-lourds et de transports en commun, mais aussi d'ambulances par exemple y sont soumis périodiquement pour conserver leurs autorisations.

Les médecins seront peut-être incriminés à l'avenir. Pour autant, la conductrice du car et patiente ne pouvait pas ignorer les impacts de son traitement. N'est-elle pas la première responsable du non respect des avertissements portés sur les emballages et les notices ? Son état psychologique lui permettait-il d'en mesurer l'impact ? L'employeur lui-même connaissait-il la situation de son employée qui par ailleurs semblait être appréciée de ce dernier et des familles ?

L'enquête se poursuit. De nouvelles expertises devraient permettre de mieux cerner les circonstances du drame.

Emmanuel
Marklin Ho digital MS2 voie K
Avatar de l’utilisateur
Manu93
Fécond
 
Messages: 727
Inscrit le: Lun 27 Fév 2017, 19:45
Localisation: Seine-Saint-Denis
Âge: 52
Echelle pratiquée: Ho 3R
Prénom: Manu

Re: Halte à la désinformation : les passages à niveaux franç

Publié: Dim 04 Nov 2018, 23:29 
Doublon supprimé
Dernière édition par Manu93 le Lun 05 Nov 2018, 00:56, édité 1 fois au total.
Marklin Ho digital MS2 voie K
Avatar de l’utilisateur
Manu93
Fécond
 
Messages: 727
Inscrit le: Lun 27 Fév 2017, 19:45
Localisation: Seine-Saint-Denis
Âge: 52
Echelle pratiquée: Ho 3R
Prénom: Manu

PrécédentSuivant

Retour vers Sur le zinc

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 11 invité(s)