Forums LR PRESSE

Où il est question de trains, petits et grands

  • Advertisement

Juste pour rire un peu

Tout sur le chemin de fer réel !

Modérateur: MOD

Juste pour rire un peu

Publié: Lun 04 Juin 2018, 21:51 
La vie est pleine d'anecdotes et le chemin de fer n'y échappe pas.
je vous propose de publier ici vos documents sortant de l'ordinaire comme celui que je vous joins.
Quand la réalité est rattrapée par la fiction :mdr: :mdr:

Image
Woessner
Prolixe
 
Messages: 1877
Inscrit le: Sam 27 Mai 2017, 17:16
Echelle pratiquée: HO
Prénom: WeekEnd

Re: Juste pour rire un peu

Publié: Lun 04 Juin 2018, 21:55 
:mdr2: :mdr: :mdr2: :mdr: :mdr2:
Heureusement que je n'ai pas d'excuses comme ça pour justifier mes absences au lycée :noel: :siffle: :ange:
Je devrais essayer, juste pour voir la tête des surveillants et des profs :arrow:
Veut préser 72100 roulante !
Avatar de l’utilisateur
CC 72180
Comparse de bac à sable
 
Messages: 532
Inscrit le: Mar 04 Avr 2017, 16:14
Localisation: Saint Prix, Val d'Oise
Âge: 17
Echelle pratiquée: HO ep Vc
Prénom: Alexandre

Re: Juste pour rire un peu

Publié: Mar 05 Juin 2018, 17:23 
Une anecdote racontée par un ancien mécano des 231K de l'Est :
Loxéville ! Quel cauchemar pour les chauffeurs ! 12 kilomètres en 8 ‰, c’est long et dur ! La célèbre rampe de Loxéville en a vu des gouttes de sueur ; et, comme construit là exprès pour marquer la fin de la chauffe, peu avant le sommet, le « Saint Sauveur », surnom du pont qui enjambe la voie ferrée .
A l’époque, les trains vapeur se lançaient à 120 km/h dès le départ de Commercy afin de pouvoir arriver au moins (ou au plus !) à 85 km/h au sommet de la côte. Or il y avait un mécanicien qui, à chaque fois, passait à 90-92 km/h. C’est louche et le Chef-Mec de Strasbourg voulut en avoir le cœur net et décida d’accompagner le mécanicien en question.

A l’arrêt de Commercy, dix kilomètres avant le début de l’ascension, le mécanicien annonce au chef :
- Je vais voir les sablières, je crois que c’est bouché.
Et le voilà qui monte sur le chaudron et disparait de la vue. Si ce n’étaient quelques coups de marteau on aurait pu le croire volatilisé. Il redescendit :
- Voilà, c’est bon, on peut y aller.
Le train repart et le chauffeur prépare à grands coups de pelle l’ascension. La pression se maintient légèrement au-dessus de 16,5 hpz.
- Faudra régler ton manomètre, normalement c’est 16 hpz !
- Il indique toujours un peu plus, même dans les basses valeurs.
Et la côte fut avalée ce jour-là à 96 km/h, record battu en présence du Chef-Mec et le beau mensonge du mano déréglé. Car dès la rentrée au dépôt de Bar-le-Duc, et une fois le chef parti, le mécanicien enleva la cale qu’il avait coincée dans les soupapes.
L’histoire fut connue le lendemain des départs à la retraite simultanés du mécano et de son chauffeur. Ils avaient tenu à laisser les cales après leur dernier Bar-le-Duc – Strasbourg pour prouver qu’on peut berner même les chefs les plus « calés ».
Woessner
Prolixe
 
Messages: 1877
Inscrit le: Sam 27 Mai 2017, 17:16
Echelle pratiquée: HO
Prénom: WeekEnd

Re: Juste pour rire un peu

Publié: Mer 06 Juin 2018, 08:28 
A propos de l'accident de travail, au delà d'être un motif pour rire un peu, c'est un témoignage sur la vie courante d'un ouvrier de dépôt à l'époque : travail salissant (la forge) ; en fin de service, toilette sommaire dans un sceau d'eau probablement froide, savonnette... donc à priori pas de local sanitaire dédié !
Des conditions qui seraient totalement inacceptables de nos jours, heureusement réglementées aujourd'hui par un code du travail tellement contraignant par certains, mais sans lequel il n'y aurait pas de sanisettes sur les chantiers.
EC 64, toujours en veille...
Avatar de l’utilisateur
EC 64
Intarissable !
 
Messages: 15704
Inscrit le: Lun 21 Jan 2008, 12:13
Localisation: PARIS (F)
Âge: 67
Echelle pratiquée: H0 (ep IV-V)
Club: AFAC Paris

Re: Juste pour rire un peu

Publié: Mer 06 Juin 2018, 09:22 
EC 64 a écrit:Des conditions qui seraient totalement inacceptables de nos jours, heureusement réglementées aujourd'hui par un code du travail tellement contraignant par certains, mais sans lequel il n'y aurait pas de sanisettes sur les chantiers.


Le code du travail pouvait difficilement les imposer à l'époque des compagnies, voire même dans les 30 premières années de la SNCF: La "toilette mobile" est née aux USA pendant la guerre et ne s'est vraiment répandue en Europe que dans les années 70/80.
Son développement parallèle celui des toilettes de train en circuit fermé, sujet qui, lui aussi, permet de

rire un peu...

Christophe PC
Avatar de l’utilisateur
Christophe PC
Intarissable !
 
Messages: 3748
Inscrit le: Sam 05 Juil 2008, 10:03

Re: Juste pour rire un peu

Publié: Mer 06 Juin 2018, 10:18 
Ce qui me surprend un peu c'est qu'il y ait pas, même à cette époque, de sanitaire dans un dépôt de la SNCF :? Sachant que les compagnies ferroviaires et la SNCF étaient en avance sur le sujet. On peu supposer, aussi, un comportement inadéquat de l'agent.
Enfin ce genre de remarque "un code du travail tellement contraignant par certains", fausse de surcroit concernant l'hygiène et la sécurité, n'a rien à faire ici.
Avatar de l’utilisateur
Prevost
Mon surnom à moi
 
Messages: 26060
Inscrit le: Lun 02 Jan 2006, 10:04
Localisation: Au pays des lentilles AOP
Âge: 64
Echelle pratiquée: H0.fr & H0.usa
Prénom: Alain

Re: Juste pour rire un peu

Publié: Mer 06 Juin 2018, 12:31 
Dans la notion "Code du travail" que j'ai utilisé, il y a le code en lui même et l'ensemble des règles et normes qui régissent les conditions de travail en matière d'hygiène et de sécurité entre autres, ce que les "certains" assimilent un peu vite et sans état d'âme au code du travail, d’où ma simplification. On doit trouver sur internet tout ce qu'il faut en la matière.

Il est effectivement possible que l'agent blessé n'utilisait pas les installations sanitaires du dépôt de Strasbourg, mais le rapport ne le précise pas.

Quant aux sanisettes, si elles ont été inventées dans les années 30 au EU, il a fallut les imposer réglementairement, dans les années 2000 de mémoire, pour que les entreprises les mettent à dispositions du personnel sur tous les chantiers, je me souviens des discussions à la SNCF pour répondre à cette exigence.
EC 64, toujours en veille...
Avatar de l’utilisateur
EC 64
Intarissable !
 
Messages: 15704
Inscrit le: Lun 21 Jan 2008, 12:13
Localisation: PARIS (F)
Âge: 67
Echelle pratiquée: H0 (ep IV-V)
Club: AFAC Paris

Re: Juste pour rire un peu

Publié: Mer 06 Juin 2018, 17:59 
En ce qui concerne les installations sanitaires du dépôt, celles des agents de conduite existaient dès sa création en 1883. Pour les gars de l'atelier, cela m'étonnerait qu'ils n'y avaient pas droit.

Image trouvée sur le net :
Serrez-vous un peu, ça dégage pas derrière... :mdr2:

Image
Woessner
Prolixe
 
Messages: 1877
Inscrit le: Sam 27 Mai 2017, 17:16
Echelle pratiquée: HO
Prénom: WeekEnd

Re: Juste pour rire un peu

Publié: Jeu 07 Juin 2018, 13:52 
Quand nos chefs montrent un peu d'humour et d'humanité :
Prise de service à 3 heures 05, première navette Hausbergen - Kehl supprimée d'où nouvelle commande pour l'équipe :

Image
Woessner
Prolixe
 
Messages: 1877
Inscrit le: Sam 27 Mai 2017, 17:16
Echelle pratiquée: HO
Prénom: WeekEnd

Re: Juste pour rire un peu

Publié: Jeu 07 Juin 2018, 14:14 
Christophe PC a écrit:La "toilette mobile" est née aux USA pendant la guerre et ne s'est vraiment répandue en Europe que dans les années 70/80.

Modèle sur rail:

Image
http://www.railpictures.net/viewphoto.php?id=46265
photo: Jay Brooks

Didier.
Avatar de l’utilisateur
Didierd
Débordant
 
Messages: 3123
Inscrit le: Sam 22 Nov 2008, 23:53
Âge: 59
Prénom: Didier

Re: Juste pour rire un peu

Publié: Jeu 07 Juin 2018, 18:17 
Au dépôt de Chaumont, dans les années 60 : :applause:

Le dépôt vapeur est un endroit sale. Tout est noir, surtout la nuit, et seuls les habitués savent exactement où ils mettent leurs pieds.
Une 241A rentre au dépôt de Chaumont avec une heure de retard suite à un accident à un passage à niveau. Pour avoir des renseignements complémentaires, un gendarme est venu accueillir le mécanicien sur le gril d’entrée. Après l’entrevue, il demanda le chemin pour ressortir.
- Z’avez qu’à passer par là-bas, c’est le plus direct pour la gendarmerie.
-Merci.
Et notre brave gendarme tout content de pouvoir rentrer vite, enjambe un rail et… Plouf, dans une fosse noyée.
- Ca fait rien, c’est que de l’eau, allez vous sécher dans la petite cabane là-bas.
Et, aidé par le mécanicien, il sort de la fosse, la contourne et s’en va tout seul. A peine le mécano a-t-il le dos tourné qu’il entend un nouveau Plouf et aperçoit le képi flotter sur une deuxième fosse noyée.
L’enquête est en cours…
Woessner
Prolixe
 
Messages: 1877
Inscrit le: Sam 27 Mai 2017, 17:16
Echelle pratiquée: HO
Prénom: WeekEnd

Re: Juste pour rire un peu

Publié: Sam 09 Juin 2018, 09:51 
Une anecdote en passant... :mdr:

- Salut, ton train a pour origine le Sablon. Tu pars haut-le-pied pour Metz et tu prends ton train là-bas. Tu auras les 16688 et 16710 en UM. Ciao, bonne route.
Et voilà notre mécanicien partant de Strasbourg avec ses deux machines en Unité Multiple. Arrivé à Metz, il change de bout pour accoster son train. L’aide-conducteur fait l’attelage puis l’essai des freins est réalisé. Enfin l’autorisation de départ est donnée.
Dès le passage du premier cran de traction : Paf ! La pression dans la conduite de frein tombe à zéro et sur le pupitre le « sapin s’illumine » (les lampes de signalisation de différentes couleurs signalant les défauts s’allument toutes). On va voir : un mètre sépare les deux machines, les câblots d’UM sont arrachés et les boyaux de frein désaccouplés.

Comment cela est-il possible, c’est bien simple : il y a à chaque extrémité d’un véhicule ce qu’on appelle un crochet d’attelage qui sert entre autre à relier les différentes parties d’un train entre elles afin de les rendre solidaires les unes des autres. Car tout cheminot sait qu’un boyau n’a jamais remorqué ne serait-ce qu’un wagon et lorsque les manilles d’attelage sont en position de repos entre les deux locomotives, la première n’a rien à tirer tandis que la seconde…

En tous cas, les deux machines étaient bien dociles pour avoir fait ensemble, sans se quitter d’un centimètre, un trajet haut-le-pied de cent-quatre-vingt kilomètres.
(Conducteur R. J. de Strasbourg, juin 1982)
Woessner
Prolixe
 
Messages: 1877
Inscrit le: Sam 27 Mai 2017, 17:16
Echelle pratiquée: HO
Prénom: WeekEnd

Re: Juste pour rire un peu

Publié: Sam 09 Juin 2018, 10:36 
Splendide !

Une histoire peut-être un peu romancée, à laquelle la référence à Metz-Sablon me fait penser :

Il y avait à l'Est un Directeur qui s'appelait Leclerc du Sablon. Comme il était fréquent à l'époque, il montait assez souvent en machine. Un jour, il se présente "Bonjour, Leclerc du Sablon". Et le mécano lui répond, avec un bel accent vosgien : "Salut mon gars, Grandclaude de Blainville !".
Maître Yoda/15000 et Pk addict
Thierry PORCHER
Le retour du Jedi
 
Messages: 14244
Inscrit le: Dim 06 Avr 2008, 14:21
Localisation: Strasbourg
Âge: 70

Re: Juste pour rire un peu

Publié: Sam 09 Juin 2018, 15:10 
Demande de secours par l'avant en Inde:



Didier.
Avatar de l’utilisateur
Didierd
Débordant
 
Messages: 3123
Inscrit le: Sam 22 Nov 2008, 23:53
Âge: 59
Prénom: Didier

Re: Juste pour rire un peu

Publié: Jeu 09 Août 2018, 09:48 
Idées géniales au JT de F2 hier midi :

Trop chaud, trop froid ou trop de vent. À chaque fois des trains sont bloqués ou ralentis. Pourquoi le réseau ferré est-il si vulnérable aux aléas climatiques ? Le plus souvent, ce sont les caténaires (ces câbles au-dessus des rails) qui sont en cause. En période de canicule, ils deviennent trop lâches et ne transmettent plus l'électricité aux trains. L'hiver, c'est le givre qui pose problème. Et en cas de tempête, ce sont les chutes d'arbres. Selon la SNCF, environ 60 caténaires sont ainsi rompus chaque année.
Quelles solutions ?

Certains trains fonctionnent sans fil comme le tramway de Bordeaux (Gironde). L'électricité vient du sol, transmise par les rails. Mais selon Pascal Perri, économiste spécialiste des transports, impossible de généraliser ce principe à l'ensemble des voies ferrées. Dans le futur, n'y aura-il pas des technologies plus fiables ? C'est l'idée d'un train qui circulerait dans une sorte de tuyau entièrement fermé, isolé des intempéries et à grande vitesse. En Haute-Vienne, ce n'est pas tout à fait de la science-fiction. Une entreprise canadienne dépose cette semaine un permis de construire pour installer la plus longue piste d'essai au monde. La première ligne de ce type ne devrait toutefois pas voir le jour avant 2030.
Le JT

JT de 13h du mercredi 8 août 2018


Après tout, nos petits trains captent leur courant par les rails.... :mdr: :mdr:
EC 64, toujours en veille...
Avatar de l’utilisateur
EC 64
Intarissable !
 
Messages: 15704
Inscrit le: Lun 21 Jan 2008, 12:13
Localisation: PARIS (F)
Âge: 67
Echelle pratiquée: H0 (ep IV-V)
Club: AFAC Paris

Suivant

Retour vers Ferrovissime

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant actuellement ce forum : A4 Mallard, Jolito, Whalysar et 33 invité(s)